Le cancer de la prostate n'attendra pas la fin de la pandémie

La NHS s'étant déclarée « ouverte et disponible ». Le moment est venu pour tout homme qui craint de présenter des symptômes d'un éventuel cancer de la prostate de faire un premier pas. De plus en plus d'hôpitaux « sans COVID » sont ouverts pour assurer des soins essentiels aux patients qui n'ont pas demandé d'aide ou dont les soins ont été retardés pendant la période de confinement.

Le cancer de la prostate est le cancer masculin le plus diagnostiqué au Royaume-Uni, avec plus de 47 500 diagnostics par an. Un diagnostic précoce est tellement important pour que les hommes aient le choix de leurs options de traitement et puissent bénéficier de meilleurs résultats.

En outre, dans de nombreux cas, les hommes adressés pour un cancer de la prostate présumé peuvent désormais bénéficier d'une étape clé du processus, la biopsie de la prostate, réalisée en ambulatoire, de manière pratique et plus sûre sous anesthésie locale (TP AL), qui représente un cadre et une technique bien plus sécurisés que les biopsies TRUS (aiguille transrectale) traditionnelles.

Les hommes présentant des signes tels que le besoin d'uriner plus fréquemment, un écoulement d'urine faible ou interrompu, des douleurs ou des brûlures pendant la miction, des douleurs persistantes dans le bas du dos, les côtes ou le bassin et des difficultés à avoir une érection doivent être encouragés à consulter leur médecin traitant et à passer un test du taux d’APS.

Nous devons agir maintenant pour atténuer les effets potentiels du confinement lié à la COVID-19 sur la santé globale de la population.

Saheed Rashid - Directeur général Managing Director

BXTAccelyon