Cancer de la prostate: les faits

Si vous venez d’être diagnostiqué d’un cancer de la prostate, ou si vous êtes l’ami ou l’être cher d’une personne qui en est atteinte, ou encore si vous avez quelques symptômes et ne savez pas quoi faire, vous vous posez sans doute un grand nombre de questions.

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur le cancer de la prostate, notamment sur ses symptômes et ses traitements.

Le traitement du cancer de la prostate dépendra de votre situation personnelle. Veuillez contacter votre médecin généraliste ou votre centre de soins local pour obtenir des informations plus détaillées

Qu’est-ce que la prostate ?

La prostate est une glande du système reproductif masculin dont le rôle est de produire la majorité du liquide qui protège et nourrit les spermatozoïdes dans le sperme, le liquide épais qui transporte les spermatozoïdes. La prostate n’existe que chez les hommes. Elle se situe sous la vessie, devant le rectum et entoure la partie supérieure de l’urètre, le tube qui transporte l’urine depuis la vessie.

La fonction de la prostate est régulée par la testostérone, une hormone sexuelle masculine.

La taille de la prostate évolue avec l’âge. Elle se développe rapidement pendant la puberté, une croissance stimulée par l’augmentation des hormones mâles (appelées androgènes) dans l’organisme, comme la testostérone et la dihydrotestostérone (DHT).

La prostate reste généralement de la même taille ou croît lentement chez l’adulte, tant que les hormones mâles sont présentes. Chez les jeunes hommes, elle est de la taille d’une noix, mais elle peut être beaucoup plus grosse chez les hommes plus âgés.

Quels sont les signes et les symptômes du cancer de la prostate ?

Chaque homme présente des symptômes différents du cancer de la prostate. Certains hommes ne présentent aucun symptôme, surtout aux premiers stades, jusqu’à ce que le cancer ait atteint une taille suffisante pour exercer une pression sur le tube qui transporte l’urine de la vessie (l’urètre).

Les symptômes du cancer de la prostate sont notamment :

  • Une difficulté pour commencer à uriner
  • Un flux urinaire faible ou interrompu
  • Le besoin d’uriner plus souvent, surtout la nuit
  • Des difficultés à vider complètement la vessie
  • Une douleur ou une brûlure pendant la miction
  • Une incontinence
  • La présence de sang dans l’urine ou le sperme
  • Des douleurs dans le dos, les hanches, la poitrine (côtes) ou le bassin qui ne disparaissent pas
  • Une faiblesse ou un engourdissement des jambes ou des pieds
  • Des difficultés à obtenir une érection (dysfonctionnement érectile)
  • Une éjaculation douloureuse

Si vous présentez des symptômes qui vous inquiètent, n’hésitez pas à consulter rapidement votre médecin. N’oubliez pas que ces symptômes peuvent être causés par des affections autres que le cancer de la prostate.

Qui peut être touché par un cancer de la prostate ?

Le cancer de la prostate touche principalement les hommes âgés. L’âge moyen pour le diagnostic de cancer de la prostate chez un homme est d’environ 66 ans. Le cancer de la prostate est rare chez les hommes de moins de 40 ans.

Statistiques clés concernant le cancer de la prostate

  • 1.4 million men were diagnosed with Prostate cancer globally in 2020 and it is the most common cancer in men in the UK, Australia and New Zealand. However, Prostate cancer is 99% treatable if detected early (Source: Prostate Cancer Foundation Guide).
  • Selon les statistiques, 12 031 décès liés à la maladie sont survenus et 48 561 hommes ont été nouvellement diagnostiqués avec un cancer de la prostate au Royaume-Uni en 2017 (Source : Office for National Statistics).
  • En Australie, on estime à 19 500 le nombre d’hommes ayant été diagnostiqués d’un cancer de la prostate en 2019, avec 3 306 décès (Source : AIHW 2018 Cancer Data in Australia), et plus de 3 000 hommes sont diagnostiqués chaque année en Nouvelle-Zélande. En Amérique, le nombre de cas diagnostiqués en 2019 était de 174 650. (Source : site Web de l’American Cancer Society).
  • 55 % des hommes avaient 70 ans ou plus au moment du diagnostic du cancer de la prostate (source : site Web de l’American Cancer Society).
  • Environ 1 homme sur 6 sera diagnostiqué d’un cancer de la prostate au cours de sa vie (Source : ONS). Environ 1 homme sur 7 risque d’avoir un cancer de la prostate avant l’âge de 75 ans (Australie).
  • Le cancer de la prostate touche principalement les hommes âgés et les hommes d’origine afro-caribéenne.
  • Vos risques sont plus élevés si votre père ou votre frère a eu un cancer de la prostate.
  • Au Royaume-Uni, 84 % des hommes survivent au cancer de la prostate pendant 10 ans ou plus (2010-11, England and Wales Cancer Research UK)
  • En Australie, 95 % des hommes survivent au moins 5 ans (95 hommes sur 100, 2011-2015 https://prostate-cancer.canceraustralia.gov.au/statistics)

Quelles sont les causes du cancer de la prostate ?

Comme pour tous les types de cancer, il n’est pas facile de déterminer la cause exacte du cancer de la prostate. De nombreux facteurs sont souvent en cause, mais ce sont finalement les mutations de votre ADN, ou matériel génétique, qui entraînent la croissance des cellules cancéreuses. Ces mutations provoquent une croissance anormale des cellules normales de la prostate.

La croissance des cellules anormales ou cancéreuses continue et ces dernières se divisent jusqu’à ce qu’une tumeur se développe. Dans les cas de cancer agressif, les cellules peuvent quitter la tumeur d’origine et se propager à d’autres parties du corps.

Génétique

Dans certains cas, les mutations qui conduisent au cancer de la prostate sont héréditaires. Si vous avez des antécédents familiaux de cancer de la prostate, vous courez un plus grand risque de développer la maladie, car vous avez peut-être hérité d’un ADN endommagé.

Environ 5 à 10 % des cas de cancer de la prostate sont causés par des mutations héréditaires. L’une de ces mutations est connue sous le nom de gène héréditaire du cancer de la prostate 1, ou HPC1. D’autres mutations héréditaires, telles que le BRCA1 ou le BRCA2, peuvent également entraîner un risque accru de développer un cancer de la prostate.

Quels sont les facteurs de risque associés au cancer de la prostate ?

On pense qu’un certain nombre de facteurs peuvent augmenter le risque de développer la maladie. Ces dernières comprennent :

  • L'âge - le risque augmente avec l’âge et la plupart des cas sont diagnostiqués chez les hommes de plus de 50 ans.
  • Le groupe ethnique - le cancer de la prostate est plus fréquent chez les hommes d’origine afro-caribéenne et africaine que chez les hommes d’origine asiatique.
  • Les antécédents familiaux - avoir un frère ou un père qui a développé un cancer de la prostate avant l’âge de 60 ans semble augmenter le risque que vous le développiez. Les recherches montrent également que le fait d’avoir une parente proche qui a développé un cancer du sein peut également augmenter le risque de développer un cancer de la prostate.
  • L'obésité - des recherches récentes suggèrent qu’il pourrait y avoir un lien entre l’obésité et le cancer de la prostate.
  • L'activité physique - il a également été constaté que les hommes qui pratiquent régulièrement une activité physique ont un risque plus faible de développer un cancer de la prostate.
  • Le régime alimentaire - des recherches sont en cours sur les liens entre le régime alimentaire et le cancer de la prostate. Il est prouvé qu’un régime alimentaire riche en calcium est lié à un risque accru de développer un cancer de la prostate.

Comment détecte-t-on le cancer de la prostate ?

Deux tests sont couramment utilisés pour le dépistage du cancer de la prostate :

  1. Examen rectal numérique (DRE) : Un médecin ou une infirmière insère un doigt ganté et lubrifié dans le rectum pour estimer la taille de la prostate et rechercher des protubérances ou d’autres anomalies.
  2. Test de l’antigène prostatique spécifique (PSA) : Mesure le niveau de PSA dans le sang. Le PSA est une substance fabriquée par la prostate. Il s’agit d’une protéine produite par les cellules prostatiques normales et cancéreuses. Il est normal pour tous les hommes d’avoir un peu de PSA dans le sang. 

Les niveaux de PSA dans le sang peuvent être plus élevés chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate. Le niveau de PSA peut également être élevé dans d’autres conditions qui affectent la prostate.

En règle générale, plus le taux de PSA dans le sang est élevé, plus il y a de risques d’avoir un problème de prostate. Mais de nombreux facteurs, tels que l’âge et l’origine ethnique, peuvent influer sur les niveaux de PSA. Certaines glandes prostatiques produisent plus de PSA que d’autres. Les niveaux de PSA peuvent également être affectés par :

  • Certaines procédures médicales
  • Certains médicaments
  • Une prostate élargie
  • Une infection de la prostate

Il est important de comprendre que le test de PSA n’est pas parfait. La plupart des hommes ayant un taux de PSA élevé présentent une hypertrophie non cancéreuse de la prostate, ce qui est un aspect normal du vieillissement. Inversement, de faibles taux de PSA dans le sang n’écartent pas le risque d’un cancer de la prostate.

Un test de PSA ne permet pas à lui seul de diagnostiquer un cancer de la prostate. Les hommes de plus de 50 ans peuvent demander à leur médecin la prescription d’un test sanguin de l’antigène prostatique spécifique (PSA). Le test de PSA peut être peu fiable, cependant, la plupart des cas de cancer de la prostate au stade précoce sont découverts à la suite d’un test sanguin du PSA. Votre médecin généraliste abordera avec vous les risques et les avantages de cette démarche.

Si votre test de l’antigène prostatique spécifique (PSA) ou votre toucher rectal est anormal, les médecins peuvent prescrire d’autres tests pour trouver ou diagnostiquer un cancer de la prostate.

 1. Scanner IRM : L’IRM (imagerie par résonance magnétique) utilise des aimants pour obtenir une image détaillée de votre prostate et des tissus environnants.

Dans de nombreux hôpitaux, vous pouvez passer un type spécial d’IRM, appelé IRM multiparamétrique (IRMm), avant de subir une biopsie. Cela peut aider votre médecin à déterminer s’il y a un cancer au sein de votre prostate, et à quelle vitesse ce cancer est susceptible de se développer.

Dans d’autres hôpitaux, vous pouvez d’abord subir une biopsie, suivie d’une IRM pour voir si un cancer détecté à l’intérieur de la prostate s’est propagé.

Une IRM peut ne pas être possible si vous portez un stimulateur cardiaque ou avez un autre métal à l’intérieur de votre corps.

2. Échographie transrectale : Une sonde de la taille d’un doigt est insérée dans le rectum, et des ondes acoustiques à haute énergie (ultrasons) sont émises sur la prostate pour créer une image de la prostate appelée sonogramme. Ce test peut être utilisé lors d’une biopsie.

3. Biopsie transpérinéale : Un petit morceau de tissu de la prostate est prélevé et examiné au microscope pour voir s’il y a ou non des cellules cancéreuses.

Score de Gleason : Ce score est déterminé lorsque la biopsie est examinée au microscope. En présence d’un cancer, le score indique la probabilité qu’il se propage. Le score varie de 2 à 10. Plus le score est faible, moins le risque de propagation du cancer est élevé.

Si un cancer de la prostate est diagnostiqué, d’autres tests sont effectués pour savoir si les cellules cancéreuses se sont propagées dans la prostate ou vers d’autres parties du corps. Ce processus s’appelle la stadification. La stadification est un moyen d’expliquer l’ampleur de la propagation du cancer, si tant est qu’elle ait eu lieu. Elle peut également aider à déterminer le traitement.

Le cancer de la prostate classé au stade 1 n’est présent que dans une infime partie de votre prostate. Il ne se développe pas rapidement et ne s’est pas étendu au-delà de sa localisation d’origine. Le stade 2 signifie que le cancer est petit, mais qu’il se développe rapidement. Cela peut également signifier que la tumeur est importante ou qu’elle s’est étendue à toute la prostate. Au stade 3 du cancer de la prostate, les cellules cancéreuses ont envahi les vésicules séminales ou les tissus adjacents. Le stade 4 signifie que le cancer s’est propagé de la prostate à d’autres organes. En général, elle se propage aux ganglions lymphatiques, aux os, à la vessie ou aux poumons

Quels sont les traitements du cancer de la prostate ?

Selon le stade d’avancement du cancer, les hommes peuvent se voir proposer une série de traitements ou des formes de surveillance appelées « attente vigilante » ou « veille active ».

Les options de traitement possibles incluent :

  • Attente vigilante ou veille active
  • Curiethérapie LDR et HDR
  • Chirurgie
  • Radiothérapie
  • Cryochirurgie (cryothérapie)
  • Hormonothérapie
  • Chimiothérapie
  • Traitement par vaccin
  • Thérapie photodynamique

Pour en savoir plus sur les différentes options de traitement, veuillez contacter votre médecin généraliste ou votre prestataire de soins local.

Qu’est-ce que la curiethérapie LDR?

La curiethérapie LDR est une forme ciblée de radiothérapie interne, délivrant des radiations sur le site de la tumeur. Il s’agit d’un traitement efficace et peu invasif du cancer de la prostate, avec des avantages significatifs en termes de qualité de vie par rapport aux traitements alternatifs que sont la chirurgie et la chimiothérapie. [1],[2],[3]  

Les patients chez qui est suspecté un cancer de la prostate sont généralement adressés par leur médecin généraliste à un chirurgien. Certains auront besoin d’une intervention chirurgicale pour retirer la prostate et/ou d’une chimiothérapie, ce qui peut se traduire par l’arrêt de la « vie normale » pendant des semaines et peut endommager de façon permanente les fonctions sexuelles et vésicales.

De nombreux patients peuvent bénéficier de la curiethérapie LDR, un traitement unique - généralement en ambulatoire - avec un risque beaucoup plus faible de séquelles sexuelles et vésicales. Cependant, la curiethérapie LDR est souvent négligée comme choix de traitement, car la voie standard pour les patients suspectés de développer un cancer de la prostate ne considère pas toujours la curiethérapie LDR comme une option.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la curiethérapie LDR

Références

https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/healthandsocialcare/conditionsanddiseases/bulletins/cancerregistrationstatisticsengland/2017

https://www.aihw.gov.au/getmedia/f4f2b22f-8189-4c51-9e2a-66384cbca683/aihw-can-126.pdf.aspx

https://www.cancer.org/cancer/prostate-cancer/about/key-statistics.html

https://www.cancerresearchuk.org/health-professional/cancer-statistics/statistics-by-cancer-type/prostate-cancer/survival

https://prostate-cancer.canceraustralia.gov.au/statistics

Rejoindre la conversation

Avez-vous reçu un diagnostic de cancer de la prostate ?

Nous apprécierions 5 minutes de votre temps pour répondre à notre questionnaire